Accueil-home


Erasmus +


Les Formations


Louis de Foix


Espaces collaboratifs


Rugby : Lucas Peyreblanques

Terminale BT primée

Jeudi 09 Juin 2011

 

 

(Photo S.Ouest P.B.)

Seize élèves de terminale BT du lycée Louis de Foix ont remporté le 1 er prix départemental du concours annuel de la Résistance et de la déportation. Ce prix soutient le devoir de mémoire lié à la deuxième guerre mondiale. Les lycéens bayonnais sont également qualifiés pour la finale nationale; leur étude sur "La répression de la Résistance par les forces d'occupation et le régime de Vichy" a été retenue par le jury national.

Musique en mots

Musique en mots

Deux classes du lycée Louis de Foix ont réalisé un nouveau dictionnaire.

SudOuest lundi 20 Février 2012

Emmanuel Planes

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C'est une vraie collection qui est en train de se constituer. Une collection clairement inspirée des Dictionnaires amoureux des éditions Plon qui ont, dès le départ, donné leur feu vert à ce plagiat qui était un hommage.
Après le«Dictionnaire amoureux de Bayonne », le « Dictionnaire amoureux du Pays basque », le «Dictionnaire de la cuisine basque », vient de paraître un « Dictionnaire amoureux de la musique ».Comme les précédents, il a été réalisé par des élèves du lycée Louis-de-Foix. Cette année, une classe de 1ère S et une classe de 1ère ST2S, préparant aux carrières sanitaires et sociales. En tout, 53 élèves. La préparation du diction­naire, soutenue par l'administra­tion du lycée, va de pair avec un voyage d'études à Venise qui en sera la récompense.

Catherine Musch et Marie-Luce Cazamayou ont surveillé de près la réalisation de ce "Dictionnaire amoureux de la musique". En face les élèves des deux classes. Photo Patrick Bernière

Pourquoi la musique ? La pétillante Marie-Luce Cazamayou, professeur de français qui a imaginé, il y a quatre ans, ces nouveaux dictionnaires, avait une autre idée :l'adolescence. Mais sa collègue Catherine Musch l'a convaincue que la musique serait plus opportune. Elle pouvait être, en effet, pour ces jeunes, l'occasion de découvertes, et per­mettrait de maintenir de bonnes re­lations avec le conservatoire Maurice-Ravel.

Prose ou poésie

Comme leurs prédécesseurs, les élèves de première ont commencé à « plancher» sur leur dictionnaire, dans le cadre des heures de cours, car ce travail est intégré dans la pré paration du baccalauréat où ils auront le choix entre un commentaire de texte, une dissertation, et un écrit

d'invention. Un peu réticents au début et puis vite intéressés. Doha en témoigne : « C'est pas tous les jours qu'on a la chance d'écrire un livre.»

Leurs premiers textes ont été notés, puis leurs deux professeurs leur ont demandé de les améliorer jusqu'à ce qu'ils obtiennent l'équivalent d'un 14 ou d' un 16 sur 20.Un travail en commun a suivi. Chaque élève a choisi la prose ou le poème, et le style musical, l'instrument, ou le compositeur qui lui tenait à coeur. Et ils ont dû se répartir les entrées, de A comme amplificateur à W comme « West Side Story », en faisant en sorte qu'il n' y ait pas de doublons. Certains ont été contraints de changer de sujet quand il était trop récurrent. C'était le cas pour le rock ou le ska.

«Le résultat, c'est un livre plein de fraîcheur, où les élèves ont mis beaucoup d'eux-mêmes »


Petit à petit, les textes se sont affinés. Ils ont été soumis à un comité de lecture composé de cinq professeurs et, une fois parvenus à leur état final, envoyés à Sophie Lataillade, professeur de mathématiques qui a tenu le rôle de maquettiste.
Le résultat, c'est un livre plein de fraîcheur où les élèves de Louis-de-Foix ont mis beaucoup d'eux-mêmes, se livrant parfois à des confidences très personnelles. Tel

Arnaud, batteur amateur qui raconte sa découverte, au Sénégal, du djembé, et sa passion pour cet instrument.Ou Pauline qui se souvient d’avoir, aux arènes de Bayonne, fait partie du choeur d'enfants de « Carmen ». Marie-Luce Cazamayou et Catherine Musch n'ont qu'un regret : l’absence de certains instruments comme le clavecin ou le violon. Apparemment la découverte préalable de la musique classique a été un peu insuffisante.

Tiré à 500 exemplaires, le dictionnaire est en vente au lycée (qui a plrs en charge les frais d' impression), à la pâtisserie Loubère à Biarritz, et chez le marchand de journaux des Cinq-Cantons à Anglet Sa vente per­mettra d'améliorer le voyage à Venise.

Sous-catégories

 

Agenda

 «  < Juin 2018 >   »
DLMaMeJVS
20